La plateforme infinite RPG fermera à partir de novembre 2019. En savoir +
{{{$data->nom}}}

Andori

Carte d'identité

Loreleil

20 ans

Servante et chanteuse de cabaret

Que pourrait-on espérer d'autre que voler lorsque l'on a déjà les ailes ? | Pyrophobe

Souffre d'anémie chronique.

Situation familiale

Célibataire | Sans famille

Statut

Compagnons de routes

Plumeau – Un petit rossignol domestiqué dont elle a recueilli l’œuf avant qu'il n'éclose.

Description physique

On aura rarement vu une jeune femme correspondre si bien à l'idée que l'on se fait d'un oisillon tombé du nid. Avec son teint laiteux et ses yeux ambrés reflétant une sorte de mélancolie constante, Loreleil semble presque constamment fébrile. Ses cheveux, d'un roux vif virant sur le framboise, lui tomberait facilement aux omoplates s'ils n'étaient raccourcis par d’élégantes boucles. Plutôt grande, elle mesure environs un mètre soixante-dix, son corps filiforme présente une poitrine moyenne. Son hybridation l'a doté d'une paire de grandes ailes aux plumes variant d'un camaïeux de roux à diverses teintes auburn. Le plus souvent, elle s'en drape les épaules comme s'il avait agit d'une cape ou d'un châle.

Des plumes, elle n'en a pas que sur ses ailes, en effet, certaines ont poussé sur sa nuque, juste sous ses cheveux ainsi que dans le bas de son dos et sur ses chevilles.

Elle porte le plus souvent des tenues assez confortables, une tunique rouge au pantalon si large qu'il semble être une jupe, des manches en cape noires et un tablier blanc cassé par dessus le tout, mettant clairement en valeur son statu de servante. Elle porte parfois des tenues plus légères et sophistiquées lors des représentations qu'elle donne pour son maître, dévoilant pleinement toutes les particularités de son hybridation. Très jaloux de son bien, elle porte cependant un masque à bec d'oiseau décoré de ses propres plumes lorsqu'elle se donne en spectacle pour le compte de son propriétaire : c'est qu'il ne voudrait pas qu'on lui enlève son précieux rossignol pendant qu'elle part faire les courses au marché.

— Ref : Debol de Nier

Description mental

De nature docile et discrète, Loreleil est le genre de servante que l'on ne remarque généralement pas plus qu'une belle tapisserie. En présence de ses supérieurs, elle ne parle jamais sans y avoir été invitée et garde alors un air absent, comme figé dans le temps. Elle ne sourit que rarement et même lorsque cela lui arrive de le faire avec sincérité, il semble toujours rester un fond de tristesse dans ses yeux.

Elle n'a jamais vraiment remis sa condition en question, bien qu'elle aspire toujours à s'envoler loin de tout dès que son regard se perd vers le ciel. Elle montre une fascination presque morbide à l'idée de pouvoir enfin se servir de ses ailes pour s'envoler, car elle pense souvent qu'il lui suffirait de se jeter de la plus haute tour de la ville ou de la plus haute montagne qu'elle puisse trouver pour que cela marche enfin …

Bien qu'elle n'ait toujours connu que la ville et les laboratoires, Loreleil aime la nature, tout comme pour le ciel, c'est une chose qu'elle se voit obligée de convoitée de loin, se contentant d'un petit jardin et d'attirer quelques oiseaux en sifflant de la même manière qu'eux. Et si elle sait imiter le sifflement mélodieux de ses lointains cousins génétiques de façon particulièrement convaincante, son chant est lui aussi remarquablement mélodieux. Elle a une voix très fine, cristalline et reposante. C'est cette voix qu'elle monnaie au moyen de spectacles organisés par son riche propriétaire.

Il était une fois...

Lorsque je repense à mon enfance, je ne me souviens que du complexe scientifique. Il y régnait une impression constante de froid, car tout était immaculé, nos cellules n'avaient pas de fenêtre et la lumière fades restaient allumé nuit et jour. Je ne sais pas bien comment j'y suis arrivée … on m'a toujours dis que j'étais née dans un œuf et que je n'en étais sortie qu'à l'âge de quatre ans, mais je ne m'en souvient pas, alors je ne sais pas si c'est vrai … Je ne sais donc pas qui avait bien pu être mes parents, si je suis née dans un œuf, peut-être qu'ils étaient déjà hybrides avant moi … ? La seule personne que j'ai jamais connu comme étant un père, c'était le scientifique qui s'occupait de moi. C'était un vieil homme sans enfant ni famille et malgré mes problèmes de santé due à mon anémie et ma manie d'avoir peur de tout, il n'a jamais songé à me vendre, malgré le conseil de tous ses collègues. Le docteur Gale s'est toujours montré bon avec moi.

J'avais sept ans, je crois, quand la rébellion des hybrides a eu lieux. Cette nuit là, j'ai pris peur en entendant du chahut et je me suis cachée sous ma couchette alors que l'on brisait ma cage. Je mis un temps fous avant de sortir de ma cachette, la plupart de mes semblables étaient alors déjà loin. Quand je songeai enfin à sortir de ma cachette, je parvins à arriver jusqu'à un couloir que je n'avais jamais vue, ici, il y avait un tas de fenêtre brisée … c'est la première fois que je vis le ciel et que je sentis le vent sur mon visage et quand j'ai levé les yeux là-haut en me rendant compte que le plafond du monde semblait infiniment haut, j'ai eu comme un vertige. Je suis restée plantée là et on m'a ramené en cellule avec d'autres fuyards qui avaient échoué à s'évader.

Quelques années plus tard, le docteur Gale pris sa retraite et il m’emmena avec lui dans sa maison. C'était une grande villa et deux hybrides chiens y vivaient déjà au service de mon bienfaiteur. Étant plutôt aisé et côtoyant les hautes sphères de la noblesse, on m'enseigna les bonnes manières et un tas choses utiles pour s'occuper de toutes sortes de tâches ménagères. Le Docteur Gale aimait m'entendre chanter ou siffler des airs qu'il m'apprenait, parfois, il m'accompagnait au piano. Il avait un ami qui venait souvent lui rendre visite, il était très riche lui aussi et était patron d'un cabaret fréquenté par les plus hautes sphères. Il s'est toujours montré intéressé par moi, à chaque visite, son prix était de plus en plus élevé, mais Monsieur Gale refusait toujours de me vendre.

J'avais quinze ans quand il est mort dans des circonstances mystérieuses … On conclut à une mort naturelle, mais sa santé avec déclinée bien trop vite … et c'est le propriétaire du cabaret, Solomon, qui devint mon nouveau maître après qu'il se soit arrangé avec le notaire. Depuis, je travail pour lui, rendant sensiblement les mêmes services qu'avant, à ceci prêt que plusieurs soirs par semaine, je chante devant son publique. Il tient à ce que je masque mon visage lors des Show, car m'ayant lui-même convoité pendant des années, il ne tient absolument pas à ce qu'il lui arrive la même chose qu'à Gale … ou que l'on me vole, tout simplement.

Lorsque je vivais avec le docteur Gale, il y avait un grand jardin, j'adorais y passer du temps pour jardiner et siffler avec les oiseaux, je ne peux plus profiter de ça aujourd'hui. Pourtant, sur le toit d'en face, des rossignols avaient fait leur nid et je les regardais tous les jours s'envoler en les enviant … jusqu'à ce qu'ils ne viennent plus. Dans leur nid, il restait un œuf et en constant que cela faisait bien deux jours que les parents avaient disparu, j'ai pris en charge de grimper sur le toit pour le récupérer. De là-haut, j'ai étendu mes ailes et quand j'ai senti le vent s'y engouffrer … j'ai presque senti que je pourrais le faire … j'aurais pu sauter et m'envoler … Résultat, je me suis cassée une jambe et une aile en tombant comme un idiote … mais au moins, l’œuf n’avait rien. Je me suis occupée de lui jusqu'à ce qu'il éclose et puis je l'ai nourri. Cet oisillon a un petit air hirsute, une plume rebique constamment sur sa tête, c'est pour ça que je l'ai appelé Plumeau. Contrairement à moi, il parvint à s'envoler assez tôt et ne voulant pas le rendre aussi captif que moi, je l'ai laissé s'envoler par la fenêtre … je lui ai offert la liberté, il aurait pu s'envoler très haut dans le ciel pour voir ce qu'il y a au dessus des nuages, peut-être qu'il l'a fait … mais il est toujours revenu pour moi. J'espère pouvoir m'envoler avec lui … un jour.

0

Relations

Narcisse Pétrado

Narcisse Pétrado

Charme surprenant

Un des visiteurs parmi les plus hauts placés du cabaret où elle se produit, elle sera très touchée de l'attention - pourtant purement scientifique et intéressé - qu'il lui accordera lors de leur premier entretien. Elle accueille assez bien l'idée de lui servir de cobaye dans le sens où elle espère que cela pourra l'aider à résoudre des problèmes de santé ainsi que et surtout à réaliser son rêve de pouvoir voler.

Statistiques

Invité

Joué par Invité


Date d'inscription : 23/02/2017

Scènes libres créées

Aucune scène libre créée pour le moment.